mercredi 7 janvier 2015

Lettre ouverte à la dictature de la terreur.

Tu peux faire tuer l'Homme qui m'incarne, tu ne pourras pas tuer l'idée, je suis la liberté, je suis libre d'être et d'être diffusée.
Tu peux faire tuer l'Homme qui me recherche, tu ne fais que créer des individus capables de mourir pour m'incarner.
Tu peux fabriquer des actes terroristes pour assoir ton autorité et prendre le pouvoir, moi je crois en la prise de conscience.
Tu peux museler des peuples entiers, créer la confusion entre les communautés, utiliser mes propres armes pour me détruire, user de mes charmes pour convaincre de pauvres âmes de te suivre, prendre mon apparence et manipuler les masses, attiser la haine dans les cœurs et m'y laisser peu de place, je demeure. 
On ne peux tuer ce qu'on ne voit pas, plus je suis amoindrie et plus je me glisse dans la pensée, plus je suis meurtrie et plus on me panse, dissimulée à ton regard, je prends corps, remplaçant la peur par la conviction.  
La liberté, pensée et pansée - Nydenlafée


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire